PASCAL, AMBASSAD’UP DANS LA VIENNE (86)

Mes débuts

J’ai connu WeFarmUp grâce à un bandeau de publicité sur internet. J’ai consulté le site et le principe m’a plu. Je pense que ce sera un outil incontournable pour la gestion de l’exploitation en termes de matériel !

J’ai une exploitation agricole qui fait de la production céréalière exclusivement. Je commercialise également du compost, par le biais de mon exploitation. Mon exploitation m’occupe beaucoup l’été, mais sur la période hivernale, c’est beaucoup plus tranquille et je voulais m’occuper.

Sur le site, j’ai vu qu’ils recherchaient des Ambassad’Up et je me suis porté volontaire.

Nous avons qu’à l’heure d’aujourd’hui, avoir une deuxième ou une troisième activité n’est pas négligeable sur nos exploitations. Cela peut être une source de revenus intéressante et il y a aussi tout l’aspect humain qui est intéressant, les relations avec les agriculteurs, ceux qu’on met en relation pour louer du matériel.

Au début, j’ai démarché en priorité les gens que je connaissais, et l’accueil était plutôt favorable. Cela a marché tout de suite. Les gens sont en confiance quand on se déplace, surtout du fait que je suis agriculteur, comme eux. WeFarmUp propose une formule complète, il n’y a pas grand-chose à faire et cela les rassure.

Ma méthode

Ma méthode est variée et diverse. Je n’ai pas de schéma classique, cela dépend où je vais et comment j’y arrive,  si je connais les gens ou non, etc. C’est une méthode improvisée à chaque fois.

Je commence souvent de la même façon, en leur expliquant que le matériel qu’ils ont et qui dort sous le hangar les trois quarts de l’année pourrait servir sur une autre exploitation. Qu’ils peuvent le rentabiliser par l’intermédiaire d’une plateforme sur internet, en sécurité, à la fois juridique et sécurité de paiement.

Ce dernier point est un aspect important, très positif. En ajoutant à cela les contrats déjà rédigés, l’assurance comprise par Groupama qui est un acteur connu des agriculteurs, cela les rassure.

Ma motivation

Ce qui me motive surtout, c’est l’ouverture sur l’extérieur. Le monde agricole est un monde plutôt fermé. Si on ne l’ouvre pas, avec des activités comme celle-ci, on s’ennuie. Je suis donc Ambassad’Up car cela me permet d’aller voir du monde.

L’appât du gain est aussi une motivation, mais ce n’est pas la première.

Mon conseil

Mon conseil pour être Ambassad’Up est d’avoir une bonne approche du relationnel commercial. C’est fondamental. Il faut également une facilité de dialogue et d’élocution pour accrocher l’agriculteur et pouvoir adapter le dialogue à la personne qu’on a en face de soi.

C’est une activité qui est enrichissante humainement, pour la profession et la personne.

Je pense vraiment que WeFarmUp est une entreprise d’avenir. C’est un système parallèle qui pourra permettre de développer les exploitations, dans un contexte où il nous faut trouver une nouvelle manière de fonctionner, car l’ancien modèle n’est plus rentable (en exploitation céréalière notamment, selon mon expérience).

Toutefois, il faut travailler pour que cela se développe. Les mentalités vont évoluer dans ce sens.